Situation

Pourquoi occuper les lieux d’enseignement ? Sur l’Institut de géographie

A la suite de la manifestation du 10 octobre à Paris, un mot est passé de main en main pour prendre un lieu d’occupation qui serve de base aux discussions et actions des prochains jours. Quelques centaines de personnes se sont dirigées vers l’Institut de géographie dans le 5ème arrondissement. Après des déploiements de banderole et d’avions en papier, des négociations avec le président de Paris 1, une cantine à prix libre, l’occupation a finalement avorté dans la nuit.

Un ami étudiant qui a participé nous a fait parvenir ces quelques réflexions sur l’occupation des lieux d’enseignement.


Si le mécanisme de la grève dans le monde de l’entreprise est généralement compris et que son utilité est reconnue par les travailleurs·es, ce n’est pas toujours le cas de l’occupation des lieux d’enseignement par les étudiant·es. En ce premier et dernier jour d’occupation de l’Institut de Géographie de la Sorbonne, penchons nous sur le fonctionnement et les caractéristiques de cette pratique politique.

La grève en entreprise : une pression exercée sur l’économie

L’usage de la grève comme moyen de lutte sociale dans le monde de l’entreprise n’est aujourd’hui plus remis en cause et est même entré dans la Constitution depuis 1946. La Cour de Cassation la définit comme « la cessation collective, concertée et totale du travail en vue de présenter à l’employeur des revendications professionnelles »1. Le rapport de force entre le patron et les salarié·es est renversé par l’union de ceux et celles-ci qui décident de cesser collectivement le travail pour faire accepter leurs revendications par le patron. Si la grève a une force politique et qu’elle permet aux employé·es de ne plus se laisser imposer leurs conditions de travail par le patron, c’est parce que son entreprise n’existerait pas sans leur labeur.

Dans le cas d’une grève générale, ou de blocages d’une certaine ampleur, ce n’est plus uniquement le patron qui est visé mais le pouvoir politique en place et le bon fonctionnement de l’économie. Et si la grève et les blocages permettent cela c’est parce qu’ils exercent une pression sur l’ensemble de la société à travers la peur de manquer (comme on le voit, par exemple, avec le blocage des raffineries). En effet si les entreprises cessent de produire, comment la société de consommation pourra-t-elle fonctionner, comment ceux qui en tirent leur rente pourront-ils vivre ? C’est donc grâce à la place essentielle qu’ils occupent dans le système économique que les employés peuvent faire entendre leur volonté.

Pour ceux et celles qui décident de se mettre en grève, ou de bloquer la production, la peur de manquer n’a pas lieu d’être2. On n’a jamais vu des milliers de personnes se laisser mourir de faim. Comme on le voit avec la grève des salariés de GM&S, l’arrêt du travail est au contraire l’occasion de se retrouver, de retrouver une vie commune, et de s’organiser pour notre subsistance et pour la lutte.

Les étudiant·es sont les (futur·es) employé·es de l’économie du savoir

En France comme dans les autres pays post-industriels, l’économie ne repose plus seulement sur la vente d’une force de travail manuelle (ou du moins celle-ci est délocalisée ou robotisée), mais constitue plutôt une « économie du savoir », un « capitalisme cognitif ». Dans ce cadre, les étudiant·es ne sont pas simplement bénéficiaires d’un service éducatif, ils sont une ressource essentielle du système économique, et formés en vue d’intégrer ce dernier. A partir du Master, par exemple, les textes des étudiants commencent à être cotés financièrement : telle entreprise va les embaucher comme stagiaires3 ou leur commander un projet de recherche, telle fondation va soutenir un sujet en offrant des bourses aux études le concernant. Par exemple, la Fondation Bettencourt finance les jeunes étudiant·es en médecine qui s’engagent dans la recherche4.

Les étudiant·es ne sont donc pas simplement les bénéficiaires économiquement neutres d’un service public. On ne vous fera pas l’insulte de rappeler à quel point l’enseignement, et tout particulièrement la recherche, sont des lieux infiltrés par les logiques économiques, qu’il s’agisse de budget, de formation, de financement, de choix d’enseignement. Les étudiant·es n’ont donc pas à louer béatement la bienveillance de l’État à leur égard sans jamais oser critiquer ses décisions ou développer de revendications. Ils et elles sont des acteur·es économiques à part entière, tout aussi pris dans le maléfique couple du citoyen-consommateur que les salarié·es. De plus, les étudiant·es sont les (futur·es ou actuel·les) producteurs et productrices de savoirs, dont on sait tous les liens avec les pouvoirs5. Et puisque les étudiant·es font partie bon gré mal gré de « l’économie du savoir », il est naturel qu’ils bénéficient des mêmes moyens de pression que les employé·es classiques.

« Et la fac elle est à qui ? »

Elle est à nous ! L’occupation de l’université vient aussi rappeler que les étudiant·es n’en sont pas les client·es ou bénéficiaires mais les acteur·es. L’appropriation de l’Institut de géographie par des étudiant·es, le personnel enseignant (des professeur·es étaient présent·es mardi soir lors du début de l’occupation), des chômeurs·es et des militant·es, rappelle au président de l’université Paris 1 qu’il n’est pas seul décisionnaire sur les usages de l’université publique. Tout comme les occupations d’usines permettent aux ouvriers de remettre en question la propriété privée du patron sur l’usine.

L’occupation d’un lieu universitaire est l’occasion pour les étudiant·es de s’organiser dans leur lutte, à travers des assemblées générales (AG) ou des discussions informelles, et de se retrouver autour d’un repas, d’une vie en commun, au lieu de rentrer chacun chez soi et de laisser le soufflé retomber. Notons que les AG, malgré leurs défauts évidents, permettent aux étudiant·es de débattre entre eux selon leur propre méthode : de façon organisée mais non hiérarchisée. Ce type de prise de parole est rendu impossible le reste du temps par le dispositif universitaire qui impose sa méthode à toutes les prises de parole : le ou la professeur·e peut laisser s’exprimer un·e élève selon son bon vouloir, mais cet échange n’est pas un débat ni une discussion, les cours magistraux consistent essentiellement en une transmission dogmatique du savoir académique.

L’occupation de lieux publics pour bouleverser l’apathie générale

La dimension symbolique de l’occupation permet également de mobiliser l’opinion publique et de mettre un terme au statu quo, de bouleverser la résignation de ceux qui pensaient la lutte perdue d’avance. L’exemple de mai 1968 montre que le mouvement étudiant peut mettre le feu aux poudres et être suivi par le reste de la société, comme ce fut le cas avec l’immense grève générale qui paralysa l’économie du pays et fit trembler le gouvernement.

L’État et ses délégués sont bien conscients de cette force symbolique, c’est pourquoi l’administration de l’Institut de Géographie a tout d’abord cherché à négocier une occupation « jusqu’à 20h30 » qui a fait rire toute l’AG, afin d’étouffer l’affaire pour qu’elle ne donne pas d’idées à d’autres. Pour ne surtout pas mettre le feu aux poudres. C’est pourquoi dans la perspective de la lutte contre la casse du droit social du gouvernement, il est crucial que les protestations intempestives se multiplient et essaiment dans toute la société : grève, blocages, occupations, manifs sauvages, solidarités entre syndicalistes, partisan·es et manifestant·es autonomes. Ce n’est pas en manifestant gentiment toutes les deux semaines qu’on risque d’obtenir quoi que ce soit.

Rappelons à ce titre :

  • Aujourd’hui, mercredi 11 octobre est prononcé le verdict du procès des inculpé·es dans l’affaire de la police de voiture brûlée quai de Valmy au printemps 2016. Un premier rendez-vous collectif a eu lieu au Tribunal de Grande Instance de Paris à 10h (métro Cité). Un second rendez-vous aura lieu le soir à Ménilmontant à 19h30.

  • Demain, jeudi 12 octobre, une géante chasse aux DRH à partir de 6h30 du matin est lancée dans le Bois de Boulogne, pour « pique-niquer » au Pré Catelan, où se tiendront, en compagnie de la « DRH de l’entreprise France » Muriel Pénicaud, des conférences et des repas orgiaques à 2600 euros l’entrée.

En outre, nous reproduisons ci-dessous le communiqué des occupant·es de l’Institut de géographie :

Nous, occupants et occupantes de l’Institut de géographie, avons pris ce lieu et comptons l’occuper jusqu’au 12 octobre. Cela pour plusieurs raisons. D’abord, nous refusons les politiques néo-liberales et sécuritaires, macronisme ou non.

 

Aussi, nous occupons dans le même état d’esprit que celui qui a animé le mouvement du printemps 2016 contre la première Loi Travail. Ensuite, nous occupons en soutien aux inculpés de l’affaire du quai Valmy. Nous demandons la relaxe de tous les inculpés, sachant très bien que c’est là le procès du mouvement de 2016.

 

Enfin, nous occupons en protestation contre l’immonde festin des DRH des plus grandes entreprises de France, le 12 octobre au Pré Catelan, venus fêter la victoire de ’’l’entreprise France’’ en présence de Murielle Pénicaud. À leur banquet de riches, nous opposons notre festin, et invitons quiconque se sent proche de cette occupation à venir la soutenir.

 

Nous appelons plus particulièrement universitaires et intellectuels à prendre position en sa faveur, afin que la menace d’évacuation qui pèse sur elle soit plus difficile à mettre en œuvre. Contre l’occupation capitaliste du monde, occupons les facs !

 

comité d’occupation de l’Institut de Géographie

Exemples de grèves/blocages/occupations étudiantes à travers le monde : https://nvdatabase.swarthmore.edu/search_methods?field_alltactics_value_op=contains&field_alltactics_value=062.%20Student%20strike

Notes   [ + ]

1.Décision de la Cour de Cassation du 02/02/2006 citée par La démocratie « confisquée de Pierre Arrault.
2.« Bloquons tout, donc. Nous n’avons rien à craindre. Rien ne nous manquera. Nous trouverons les façons de faire ; et elles seront belles. Elles seront, en tout cas, moins insensées que le monde dans lequel on nous fait vivre. », « Le pouvoir est logistique. Bloquons tout !« .
3.On trouve des exemples de partenariats en master entre Paris 1 et les entreprises sur le site de l’université : https://www.univ-paris1.fr/diplomes/master2msi/entreprise/partenariats/
4.Entre autres, la Fondation de France offre aussi des bourses pour les recherches universitaires : https://www.fondationdefrance.org/fr/guide-des-bourses.
5.La porosité entre savoirs et pouvoirs est thématisée par Michel Foucault :

Il n’y a pas de relations de pouvoir sans constitution corrélative d’un champ de savoir, ni de savoir qui ne suppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir… Ces rapports de « pouvoir-savoir » ne sont donc pas à analyser à partir d’un sujet de connaissance [l’étudiant·e par exemple !] qui serait libre ou non par rapport au système de pouvoir ; mais il faut considérer au contraire que le sujet qui connaît, les objets à connaître et les modalités de connaissance sont autant d’effets de ces implications fondamentales du pouvoir–savoir et de leurs transformations historiques. En bref, ce n’est pas l’activité du sujet de connaissance qui produirait un savoir, utile ou rétif au pouvoir, mais le pouvoir-savoir, les processus et les luttes qui le traversent et dont il est constitué, qui déterminent les formes et les domaines possibles de la connaissance.

Il faut défendre la société.

Recevoir Grozeille par mail


D'autres articles